Alors que les premiers flocons s’installent sur les massifs montagneux, la décision du Président de la République de reporter l’ouverture des stations de ski à la mi-janvier suscite de plus en plus d’incompréhensions et d’indignations parmi les élus, et notamment parmi les maires des communes supports de stations, toutes adhérentes à nos associations départementales de maires.

Pendant plusieurs semaines en effet, les élus locaux et les professionnels de la montagne et du tourisme ont travaillé de concert à l’élaboration d’un protocole sanitaire rigoureux permettant d’accueillir le public en toute sécurité, dans le respect des règles imposées par le contexte sanitaire actuel. Un travail balayé par une décision hâtive, prise en dépit de la concertation menée avec l’ensemble des acteurs concernés et sans la moindre cohérence vis-à-vis des diverses autres mesures d’assouplissement annoncées, notamment en matière de déplacement à l’étranger.

Si la fermeture anticipée des 350 stations françaises avait déjà fortement affecté toute l’économie de nos territoires de montagne, le report d’ouverture à la mi-janvier menace à nouveau l’intégralité de la saison d’hiver, qui représente, rappelons-le, 10 milliards d’euros de retombées économiques, 10 millions de vacanciers, 120 000 emplois directs, 360 000 emplois indirects et leurs familles, ainsi que notre place de troisième destination mondiale de ski.

Pour télécharger le communiqué de presse, cliquez ICI.