Le Comité directeur de l’AMF, réuni le 9 juin 2020, s’inquiète de l’effondrement, en raison de la crise actuelle, du nombre de nouveaux apprentis. L’AMF déplore que le plan de relance en faveur de l’apprentissage ne concerne que les employeurs du secteur privé, oubliant une nouvelle fois la fonction publique territoriale.

Depuis la réforme de l’apprentissage opérée en 2019, qui s’est faite malgré eux, les maires et présidents d’EPCI, principaux employeurs d’apprentis au sein de la fonction publique territoriale assument seuls avec le CNFPT la charge totale des frais de formation de ces jeunes.

Les communes et intercommunalités de France, qui se sont toujours mobilisées afin de contribuer pleinement à la formation et à l’avenir de la jeunesse, alertent depuis plusieurs mois les autorités nationales sur ces nouvelles difficultés financières.

Pour télécharger le communiqué de presse, cliquez ICI.