L
L

Bruno Pieckowiak, Président du CDOS62 : « Nous sommes un facilitateur pour le développement de la pratique sportive et des valeurs de l’olympisme dans les communes, et ce quelle que soit leur taille. »

Le 27 mai dernier, l’AMF62 recevait Bruno Pieckowiak, Président du Comité Départemental Olympique et Sportif du Pas-de-Calais (CDOS62) pour un échanges avec les élus du département sur les missions du CDOS62 et les moyens mis à disposition des collectivités pour les accompagner dans le développement du sport dans les territoires, notamment en prévision des Jeux de Paris 2024. Retrouvez ici la présentation diffusée à cette occasion ainsi que l’interview de Bruno Pieckowiak.

Bruno Pieckowiak

Président du Comité Départemental Olympique et Sportif du Pas-de-Calais

Pouvez-vous nous présenter en quelques mots le CDOS62 et ses missions ?

Le CDOS62 a été créé en 1975 et est la déclinaison du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) dans le département du Pas de Calais.  Nous représentons donc le mouvement sportif départemental et rassemblons aujourd’hui à ce titre 65 comités sportifs départementaux et 3182 clubs. Nous partageons la gouvernance du sport départemental avec le service des sports du Conseil Départemental du Pas de Calais et le Service Départemental à la Jeunesse, à l’Engagement et aux sports. 

La stratégie du CDOS s’articule autour de 4 axes pour lesquels nous avons, pour chacun, désigné un vice-président. Le premier concerne les politiques publiques, le second la professionnalisation du monde associatif, le troisième l’éducation et la citoyenneté et enfin, le quatrième axe est consacré au sport-santé.

Concrètement, comment se traduit l’action du CDOS en faveur des collectivités territoriales ?

Notre mission auprès des communes et des intercommunalités est clairement d’être pour elles un facilitateur pour le développement de la pratique sportive et des valeurs de l’olympisme sur leur territoire, et ce quelle que soit leur taille.

Nous pouvons par exemple leur apporter notre expertise pour résoudre les conflits d’usage dans le cadre de la pratique des sports de nature. Comment faire cohabiter un kayakiste avec un pêcheur ? Un cavalier avec un randonneur ? Mais aussi accompagner celles-qui le souhaitent pour organiser des événements. Prenons un exemple : il y a quelques temps, une commune nous a contacté car elle souhaitait organiser des événements dans le cadre de la Semaine Olympique et Paralympique mais ne savait pas vraiment quoi faire ni avec quels moyens. Nous lui avons suggéré des animations, prêté du matériel, etc. Cette semaine fut un vrai succès et cela nous a permis de nous rendre compte qu’il y avait une réelle demande d’accompagnement de la part des communes. De là est née l’idée de créer le Club Olympe.

Au sujet du Club Olympe justement, pouvez-vous nous en dire plus ?

L’objectif initial du Club Olympe était de pouvoir dupliquer ce que nous avons fait dans cette commune, et d’une manière générale de proposer, sur la base d’un diagnostic de leurs besoins, une offre de services complète aux communes. En intégrant le Club Olympe, il ne s’agit pas uniquement d’apposer notre logo sur leurs événements ou leurs bâtiments sportifs mais de leur proposer une véritable ingénierie en les accompagnant dans la rédaction d’appels à projets ou la recherche de subventions, en mettant à leur disposition notre réseau de partenaires, notre matériel pédagogique, en leur en donnant accès à des formations, en leur apportant notre expertise pour la sécurisation ou l’accessibilité d’un événement, ou en défendant leurs projets au sein des différentes commissions. Nous les accompagnons également dans l’élaboration de leur projet sportif municipal, qui est souvent un pré-requis à toute demande de financement mais n’existe pas dans toutes les communes.

Le Club Olympe regroupe aujourd’hui 40 communes, 7 EPCI et 1 EPIC.

Les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 approchent à grand pas. Comment se mobilise le Pas-de-Calais autour de cet événement et comment les accompagnez-vous ?

On remarque que les communes se sont rapidement et facilement lancées dans la labellisation Terre des Jeux, mais après, il faut faire vivre ce label. Là aussi, intégrer le Club Olympe peut les y aider, en leur rappelant leurs engagements en tant que Terre de Jeux, en les aidant à mobiliser un réseau de partenaires et à construire un programme évènementiel en lien avec les Jeux de Paris. Dans ce cadre, nous avons organisé des interventions dans des communes labelisées Terre de Jeux auprès d’élèves à l’occasion de la Semaine Olympique et Paralympique (interventions d’athlètes de haut niveau, prêts d’expositions, etc.) et nous le ferons également à l’occasion de la Journée Olympique et Paralympique qui se déroulera les 23 et 24 juin. Nous les aidons également à préparer l’après Paris 2024, ce qu’on appelle l’héritage : comment continuer de faire vivre les valeurs de l’olympisme dans ma commune ? Comment continuer de mobiliser des bénévoles ?

Au sujet des bénévoles justement, on observe une certaine crise de vocation. Est-ce un sujet sur lequel le CDOS62 est mobilisé ?

Sans bénévole, le monde associatif sportif ne tiendrait pas. Il faut donc veiller à créer les conditions pour que le bénévolat reste attractif.  Nous interpellons régulièrement les députés sur la question du statut des bénévoles. Certaines missions sont très chronophages et non rémunérées. Ce temps et ces compétences mis au service d’une association sportive ne pourraient-ils pas être récompensé, et comptabilisé comme des trimestres pour le calcul des retraites par exemple ? C’est un sujet sur lequel nous travaillons.

Il faut également les valoriser. En décembre, nous organisons pour cela chaque année la soirée des bénévoles. Chaque comité, dans chaque discipline, nous propose un bénévole que nous mettons en valeur à cette occasion. La 10ème édition a eu lieu à Hesdin l’année dernière, et la prochaine aura lieu à Mazingarbe.

Enfin, il ne faut pas oublier que si le monde associatif sportif est constitué de bénévoles, il y a aussi des employeurs. Et certains se retrouvent parfois freinés dans le développement de leur association car ils n’ont pas toutes les ressources, en termes de moyens financiers, juridiques ou de formation. Nous veillons donc à leur apporter des conseils et à leur proposer des formations pour les guider dans leur professionnalisation et leur développement.

Pouvez-vous nous parler du projet Sports-Ressources 62 ?

On sait que le coût du matériel peut parfois représenter un frein à la pratique sportive. Avec Sports Ressources 62, notre objectif est de la rendre accessible au plus grand nombre en mettant à disposition des vêtements, chasubles, ballons, et même fauteuils handisports. Pour cela, nous avons créé une plateforme qui permet de mettre en lien des donateurs de matériel sportif avec des associations sportives ou des communes en demande. La ville de Noeux-les-Mines a ainsi pu récupérer gratuitement 150 kimonos de seconde main donnés par une association arrageoise pour son nouveau dojo par exemple.

La plateforme est déjà accessible et nous sommes en train de la développer davantage avec des partenaires comme Decathlon qui va nous donner des invendus, la Maïf qui met à disposition des clubs des box afin que les pratiquants puissent y déposer leur matériel inutilisé et ensuite le réemployer, ou encore les ressourceries.

Rendre accessible à tous la pratique sportive est un enjeu qui nous tient beaucoup à cœur. C’est l’objectif que nous défendons également avec le dispositif 62elles, créée il y’a 4 ans avec la Délégation aux Droits des Femmes et qui s’adresse aux femmes isolées suite notamment à des violences conjugales. Via les CCAS, nous leurs proposons des séjours d’une semaine avec des activités sportives (self défense, sophrologie), culturelles, et des temps d’échanges entre victimes. 140 personnes ont ainsi été accompagnées cette année, à qui nous avons remis un kit pour chaque membre de la famille avec sac de sport, paire de baskets, vêtements de sport, serviette, etc.

Vous consacrez l’un des axes de votre stratégie au Sport-Santé. Dans un département comme le Pas-de-Calais où les indicateurs de santé sont préoccupants, comment cela se traduit concrètement ?

Il y a beaucoup d’actions dans le domaine du Sport-Santé et le CDOS, en tant que représentant du mouvement sportif et donc seul responsable au regard du Code du Sport, s’est fixé pour mission de coordonner les différents acteurs pour pouvoir être plus performant et efficace sur le terrain sur cet enjeu de santé publique. Concrètement, si demain une commune nous appelle car elle souhaite proposer une activité sportive à des habitants atteints de telle ou telle pathologie, nous sommes en mesure de les mettre en contact avec un club sportif qui répondra à leurs besoins. Nous sommes également en mesure d’établir des diagnostics dans les communes en vue de proposer aux habitants la reprise d’une activité sportive, en organisant un événement sur place et en les orientant vers le bon club. Enfin, nous avons créé une exposition sur le sport santé avec l’Université d’Artois que nous proposons aux communes, aux écoles, etc.

FOCUS SUR LE CLUB OLYMPE

A travers le Club Olympe (brochure à télécharger ici), le CDOS62 propose un certain nombre d’avantages permettant d’accompagner le développement du mouvement sportif dans les territoires, d’y préparer les célébrations et d’y pérenniser l’héritage de Paris 2024 :

  • Informations et accompagnement sur les différents dispositifs existants ou les appels à projets
  • Prêts gratuits d’exposition sur diverses thématiques
  • Mise à disposition de supports de communication (numériques et physiques)
  • Mise à disposition de supports pédagogiques à destination de vos établissements scolaires
  • Formations gratuites à destination des salariés de votre commune et bénévoles de vos associations
  • Valorisation de vos événements sportifs via l’application, le site internet et les réseaux sociaux du CDOS62

La cotisation annuelle au Club Olympe varie de 100€ à 1000€ en fonction du nombre d’habitants (détails dans le bulletin d’adhésion téléchargeable ici).

Suivez-nous

Inscrivez-vous

Enquête flash : état des lieux de l’assurabilité des communes du Pas-de-Calais

En première ligne face aux aléas climatiques et aux risques sociaux, les collectivités territoriales rencontrent de plus en plus de difficultés à trouver une assurance en fonction des risques auxquels elles font face. Nos rencontres et échanges réguliers avec vous...

Inondations : 10 millions supplémentaires pour la reconstruction, des avancées sur la prise en charge des relogements longue durée

Après une série d'annonces lors de sa première visite en tant que Premier Ministre, le 9 janvier dernier, précisées ensuite par Christophe Béchu le 23 janvier, Gabriel Attal a profité d'une nouvelle visite ce jeudi 8 février dans l'audomarois pour faire de nouvelles...

Nouvelle carte de la politique de la Ville : 64 QPV dans le Pas-de-Calais

Depuis le 1er janvier, la nouvelle géographie prioritaire de la ville concerne 1362 quartiers (+ 111 QPV) en métropole, dont 64 dans le Pas-de-Calais. Tenant mieux compte de l'évolution des réalités socio-économiques, elle résulte aussi d’une concertation plus...

Présentation du projet de carte scolaire 2024 : temps d’échanges avec le DASEN, samedi 10 février

Ce samedi 10 février, l'AMF62 reçoit Jean-Roger Ribaud, Directeur Académique des Services de l'Education Nationale, pour un temps d'échanges en visioconférence autour du projet de carte scolaire 2024. Pour recevoir le lien de connexion, nous vous invitons à vous...

Revalorisation de l’indice brut terminal : les conséquences sur les indemnités de fonction des élus municipaux

Depuis le 1er janvier 2024, l’indice brut terminal de la fonction publique (indice 1027) servant de base au calcul des indemnités de fonction a été revalorisé (augmentation de 5 points soit 0,6%). Entre autres conséquences, cette revalorisation peut, dans certains cas...

Lutte contre l’habitat dégradé : le Sénat vous consulte !

Afin d'enrichir le projet de loi visant à accélérer et simplifier les procédures de lutte contre l'habitat dégradé qui sera étudié prochainement, le Sénat lance une consultation auprès des élus locaux. Celle-ci est accessible en ligne sur la plateforme de...

2024 : les grandes dates à retenir

Transfert des digues, renouvellement des PPMS dans les écoles, ZAN, ... 2024 sera jalonnée de nombreuses échéances clés pour les communes et intercommunalités. L'AMF62 vous propose une infographie (non-exhaustive) de ces dernières, à télécharger pour être au fait de...

Fonds d’urgence, rachat des habitations, curage… : le point sur les dernières annonces de Christophe Béchu

Mardi 23 janvier en Préfecture du Pas-de-Calais, avait lieu l'installation par Christophe Béchu, Ministre de la Transition Écologique et de la Cohésion des Territoires, l'installation du Comité ministériel de suivi de la situation des sinistrés des inondations du...

Fonds pour le Développement de la Vie Associative (FDVA) : la campagne 2024 est lancée !

Suite à la suppression en 2018 des subventions octroyées par les parlementaires aux associations, dites « réserve parlementaire », le Fonds pour le Développement de la Vie Associative (FDVA) a vu ses missions élargies au soutiens aux  associations. La campagne 2024...

Inondations : l’AMF62 poursuit son tour des territoires touchés

Le 17 janvier dernier, Frédéric Leturque, Président de l'AMF62, s'est rendu dans le Calaisis, à la rencontre des élus des communes sinistrées. La première partie de la journée était consacrée à la rencontre des élus de la Communauté de Communes de la Région...

Agenda

Navigation par consultations

Navigation de vues Évènement

Aujourd'hui